Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 mars 2007

Elle

Elle seule elle a le ciel
Que vous ne pouvez lui prendre
Elle seule elle a mon cœur
Qu'on l'ose arracher ou fendre
Elle seule atteint les songes
Qui mettent mes nuits en cendres
Elle seule échappe aux flammes
Comme fait la salamandre
Elle seule ouvre mon âme
A ce qui ne peut s'entendre

Lire la suite

lundi, 26 février 2007

Grifouillis

GRIFOUILLIS
dans le fouillis gris

La douleur
des fois c'est à vomir, trop à voir, à ressentir,
mon cœur a mal à la tête et ma tête a
des haut-le-cœur.

Lire la suite

dimanche, 18 février 2007

A l'envers, à l'endroit

On n'est pas encore revenu du pays des mystères
IL y a qu'on est entré là sans avoir vu de la lumière
Il y a l'eau, le feu, le computer, Vivendi et la terre
On doit pouvoir s'épanouir à tout envoyer enfin en l'air

Lire la suite

vendredi, 16 février 2007

A une femme voilée

A celle qui est voilée

Tu me parles du fond d'un rêve
Comme une âme parle aux vivants.
Comme l'écume de la grève,
Ta robe flotte dans les vents.

Lire la suite

jeudi, 15 février 2007

On n'empêche pas un petit coeur d'aimer

medium_aimer.jpgSur la colonne de droite, dans la catégorie (re)découverte, vous pouvez voir le livre On n'empêche pas un petit coeur d'aimer. Sur le site de L'express livres, vous pourrez déguster les trois premières pages du roman. Délicieux...

 

Lire la suite

mardi, 13 février 2007

Sitôt que nos bouches se touchent

 

Sitôt que nos bouches se touchent,
Nous nous sentons tant plus clairs de nous-mêmes

Que l'on dirait des Dieux qui s'aiment
Et qui s'unissent en nous-mêmes ;

Nous nous sentons le coeur si divinement frais
Et si renouvelé par leur lumière
Première
Que l'univers, sous leur clarté, nous apparaît.

Lire la suite

lundi, 12 février 2007

L'hymne de nos campagnes

medium_mamagubida.jpg

Si tu es né dans une cité HLM
Je te dédicace ce poème
En espérant qu'au fond de tes yeux ternes
Tu puisses y voir un petit brin d'herbe
Et les mans faut faire la part des choses
Il est grand temps de faire une pause
De troquer cette vie morose
Contre le parfum d'une rose

Lire la suite

dimanche, 11 février 2007

Comment tuer l'amant de sa femme

Comment tuer l'amant de sa femme
Quand on a été comme moi élevé
Dans les traditions?
Comment tuer l'amant de sa femme
Quand on a été comme moi élevé
Dans la religion?
Il me faudrait du temps
Et du temps j'en ai pas.
Pour elle je travaille tout l'temps
La nuit je veille de nuit
Le jour je veille de jour
Le dimanche je fais des extras.
Et même si j'étais moins lâche
Je touve que ce serait dommage
De salir ma réputation.
Bien sûr je dors dans le garage.
Bien sûr il dort dans mon lit.
Bien sûr c'est moi qui fait l'ménage.
Mais qui n'a pas ses p'tits soucis?

Lire la suite

samedi, 10 février 2007

Etranges étrangers

medium_grand_bal_de_printemps.2.jpgEtranges étrangers



Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
hommes des pays loin
cobayes des colonies
Doux petits musiciens
soleils adolescents de la porte d'Italie
Boumians* de la porte de Saint-Ouen

Lire la suite

vendredi, 09 février 2007

Si tu t'imagines

medium_queneau.gif 

 

 

 

 

 

Si tu t'imagines
Si tu t'imagines, fillette fillette
Si tu t'imagines
Qu'ça va qu'ça va qu'ça
Va durer toujours
La saison des a
La saison des a
Saison des amours
Ce que tu te gourres fillette fillette
Ce que tu te gourres
Si tu crois petite
Si tu crois hum hum
Que ton teint de rose
Ta taille de guêpe
Tes mignons biceps
Tes ongles d'émail
Ta cuisse de nymphe
Et ton pied léger
Si tu crois qu'ça va
Qu'ça va qu'ça va qu'ça
Va durer toujours
Ce que tu te gourres fillette fillette
Ce que tu te gourres

Les beaux jours s'en vont
Les beaux jours de fête
Soleils et planètes
Tournent tous en rond
Mais toi ma petite
Tu marches tout droit
Vers c'que tu n'vois pas
Très sournois s'approchent
La ride véloce
La pesante graisse
Le menton triplé
Le muscle avachi
Allons cueille cueille les roses, les roses
Roses de la vie
Roses de la vie
Et que leurs pétales
Soient la mer étale
De tous les bonheurs
De tous les bonheurs
Allons cueille cueille
Si tu le fais pas
Ce que tu te gourres fillette fillette
Ce que tu te gourres

Raymon Queneau,

jeudi, 08 février 2007

La ville

(Extrait)

C' est la ville tentaculaire.
La rue-et ses remous comme des câbles
noués autour des monuments-
fuit et revient en longs enlacements ;
et ses foules inextricables
les mains folles, les pas fiévreux,
la haine aux yeux,
happent des dents le temps qui les devance.

Lire la suite

mercredi, 07 février 2007

Une nuit à Bruxelles

Une nuit à Bruxelles

Aux petits incidents il faut s'habituer.
Hier on est venu chez moi pour me tuer.
Mon tort dans ce pays c'est de croire aux asiles.
On ne sait quel ramas de pauvres imbéciles
S'est rué tout à coup la nuit sur ma maison.

Lire la suite

mardi, 06 février 2007

Notre paire, quiète, ô yeux !

Notre paire quiète, ô yeux !
que votre « non ! » soit sang (t'y fier ?)
que votre araignée rie,
que vol honteux soit fête (au fait)
Sur la terre (commotion !)
 

Donnez-nous, aux joues réduites
notre pain quotidien.
Part donnez nous de nos oeufs foncés
comme nous part donnons
à ceux qui nous ont offensés.
 

nounou laissez-nous succomber à la tentation
et d'aile ivrez nous du mal.

Corps et biens, Robert Desnos

lundi, 05 février 2007

La nuit mûrit

A Jean Paulhan

En cherchant mon coeur dans le noir

mes yeux cristal de ce que j'aime

s'entourent de moi sans me voir

 

Mais leur ténèbre est l'amour même

où toute onde épousant sa nuit

dans mes jours se forge un sourire

 

Afin qu'aux traits où je le suis

Sa transparence ait pour empire

Mon corps en soi-même introduit.

La connaissance du soir, Joël Bousquet.

dimanche, 04 février 2007

Parti pris

   Parti-pris  
  Je danse au milieu des miracles  
  Mille soleils peints sur le sol  
  Mille amis   
  Mille yeux ou monocles m'illuminent de leurs regards  
  Pleurs du pétrole sur la route  
  Sang perdu depuis les hangars             
  Je saute ainsi d'un jour à l'autre   
  rond polychrome et plus joli qu'un paillasson de tir   
  ou l'âtre quand la flamme est couleur du vent  
  Vie ô paisible automobile et le joyeux péril de courir au devant  
  Je brûlerai du feu des phares.                          
     
  Aragon (Feu de Joie)