Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 mars 2013

l'opéra-bouffe scandaleux d'un cloch'artiste ( Charles Cros - 3ème jour)

littérature, livre, poésie, poème, charles cros, aux imbécilesRegarde-moi ça, comme ça se pavane, comme ça se dandine, ça n'sait plus où ça a garé sa limousine, c'est sûrement le reflet de ses bagues dans la vitrine qui l'éblouit à travers ses Ray-ban.

Ah mais non ! J'suis con ! ça n'sait plus où ça a rangé son chauffeur.. En attendant, si on allait s'acheter une quatrième montre, « je n'en ai pas encore avec des pierres précieuses, Darling, tu sais, comme Sylvia, avec des aigues-marines et des saphirs, ça irait bien avec le turquoise de mes nouvelles lentilles non ? » J'espère qu'elle voit encore quelque chose à travers ses océans, on a vite fait d'se prendre les talons aiguilles dans une algue ici..

Lire la suite

mardi, 26 mars 2013

"des sirènes nyctalopes qui défendent leur bout d'plage goudronnée à coups d'nageoire" ( Charle Cros - 2ème jour)

littérature,livre,poésie,poème,charles cros,la vie idéale,dom juan,dandy,sirène

(épisode précédent)

- C'est pour moi, patron !

- Ah.. c'est pas vrai.. allez.. un rayon d'printemps, et les p'tits jeunes de vingt ans sortent des jupons d'maman.. Ecoute, t'es mignon, mais...c'est pas l'jour..

- Je crois que si, justement, permettez-moi de vous proposer ce soir
Une salle avec du feu, des bougies,
Des soupers toujours servis, des guitares,
Des fleurets, des fleurs, tous les tabacs rares,
Où l'on causerait pourtant sans orgies.

Lire la suite

lundi, 25 mars 2013

Beau comme une couverture de roman à l'eau d'rose (Charles Cros - 1er jour)

littérature, livre, poésie, poème, cros, malgré tout, campagne, paysan

(juste avant)

"Oh nonnn, mes bottines « Truitton » en cuir de veau retourné toutes neuves... pffff.. c'est malin ça.. et laisse tomber comment ça pue.. d'ici à c'que j'arrive chez lui ça aura déjà attaqué la matière.. Mais bon, après tout, juste retour des choses ! Le cuir du veau retourné par la bouse de sa mère.. Manquerait plus que j'me torde une cheville..
Pff.. un truc comme ça, ça s'rait jamais arrivé dans « The simple life », jamais ! Au moins là-bas la campagne elle était toute propre, les champs bien rangés, les vaches bien gardées avec des toilettes privées..

Lire la suite

samedi, 23 mars 2013

elle avait de la poussière, à aspirer, une galaxie à faire tourner, des nuages à repasser (Baudelaire - 6ème jour)

littérature,livre,poésie,poème,baudelaire,à celle qui est trop gaie,l'horloge,femmes damnéesCe soir-là, Laure traversa la ville, les quartiers, le printemps, d'un pas qu'elle ne savait pas insolent, perdue dans ses pensée, car, oui, Laure avait des pensées. Ou plutôt des sensations. Laure n'avait pas le pouvoir de mettre des mots sur tout, et surtout pas sur ce qu'elle ressentait. Quand elle était malheureuse, elle buvait pour noyer la conscience, échouée au pied du canapé. Quand la douleur était anesthésiée, elle se levait, ouvrait la fenêtre et fumait une mentholée. Et quand elle s'en était allée, Laure remettait le nez dehors.

Lire la suite

vendredi, 22 mars 2013

Un blue lagoon pour l'oiseau bleu ( Baudelaire - 5ème jour)

littérature, livre, poème, poésie, baudelaire, le flacon, l'âme du vin, allégorie, le vin des chiffonniers, le vin du solitaire

(épisode précédent)

Et dire qu'elle avait pensé trouver le salut dans ce boulot, payer pour ses péchés, une sorte de rédemption pour toutes les saletés qu'elle avait faites, ou dites, dans sa vie.

Marie n'a pas toujours été une sainte (elle ne s'est jamais voilé la face, ça fait partie d'la thérapie) et a souvent trouvé refuge dans l'absinthe. Père plus qu'autoritaire, mère démissionnaire, l'alcool dont elle désinfectait ses plaies avait fini par trouver le chemin du gosier :

Lire la suite

jeudi, 21 mars 2013

"Ainsi fond, fond, fond, la petite marionnette" ( Baudelaire - 4ème jour)

139444_6750.jpgAlors qu'il s'engageait sur une grande avenue, passait devant la pharmacie, une voix, provenant sûrement des petits hauts-parleurs installés aux quatre coins des rues, se fit entendre :

"La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine."*

Lire la suite

mercredi, 20 mars 2013

Réunion tupper-wave pour speed-datées au carbone 14 ( Baudelaire - 3ème jour)

littérature, livre, poésie, poème, baudelaire, les petites vieillesNotre dandy dixneuviémiste élimé du coude et toujours à la recherche de ses droits d'auteur s'inquiétait pour son avenir que les amis de Laure, admirateurs de Laure-idole, avaient, pour l'heure, anéanti. Ne tirons pas la conclusion hâtive qu'ils avaient raison, et que notre poète, aux identités multiples, cherchait à abuser de l'amour d'une jeune fille en fleur à l'ombre d'un trois pièces meublé en plein centre de Paris. N'allons pas imaginer que sous ses airs de Peter Pan pour jeunes femmes désabusées, se cachait un capitaine prêt à tout pour vivre à leurs crochets. Charles/Arthur/Alfred/Paul un courtisan, un homme galant, un scandaleux ? Ça se saurait... Ou peut-être se veut-il le précurseur d'un nouveau mouvement antisocial uniquement réservé aux hommes ?

Lire la suite

mardi, 19 mars 2013

Con comme un pigeon qu'aurait dû tomber du nid ( Baudelaire - 2ème jour)

832345_38725813.jpg"- Mais tu comprends rien ! T'es vraiment trop con Simon, t'es vraiment trop con ! Tu crois vraiment qu'j'irai mieux après une bonne bière ? Tu crois vraiment que le houblon va tout effacer, comme ça par magie ? Qu'après avoir picolé j'trouverai normal de rentrer dans une maison vide, sans odeur de cuisine, sans la voix de Janis ou d'Aretha, de crier « ton rêve est exaucé jeune femme, je suis rentré » aux murs qui me renverront mon rêve dans la gueule, un rêve froid comme l'acier ? Oui, Simon, évidemment, Simon, une bière et ça repart comme hier ! Eh ben c'est exactement ça Simon, comme hier. La même absence, le même vide, le même silence, chaque matin, chaque soir. Comme hier. Mais ça tu peux pas comprendre Simon. T'auras quelqu'un à qui parler en rentrant, toi, même si elle..."

Lire la suite

lundi, 18 mars 2013

Diane chasseresse à l'affût d'un chevreuil mal garé (Baudelaire - 1er jour)

06 Pervenche tenue pantalon 1977.jpgCe n'est pas comme si elle n'était pas habituée, depuis le temps. Une routine, un pain quotidien (jamais de baguette, ni de croissant), un dommage collatéral selon la quinzaine du mois en cours.

Oh oui elle en avait entendu, des vertes et des pas mûres, elle en avait soupé, des douces, et des plutôt salées, des éclaboussures de sang-chaud, pendant qu'elle s'évertue à garder le sien froid.

Lire la suite

samedi, 16 mars 2013

Une autre vie, loin de La Bonne Parole et des cailles farcies ( Lamartine - 6ème jour)

littérature, livre, poésie, poème, lamartine, chant d'amour, invocation, nocesMarie-Bernadette était à la fête ! Elle avait le cœur chantant du poète et l'âme aussi légère que l'alouette. Tandis qu'elle farcissait les cailles, elle tricotait en silence les dernières mailles du poème. Noces de perle obligent, sans pour autant pécher par excès, elle voulait offrir à son mari bien-aimé des vers irisés de nacre et de sacré :

Là ton doux souvenir veille à jamais à l'ombre
De ma fidélité,
Comme une lampe d'or dont une vierge sainte
Protège avec la main, en traversant l'enceinte,
La tremblante clarté

Lire la suite

vendredi, 15 mars 2013

Quand l'homme est à genoux c'est qu'il n'y a plus de génie (Lamartine - 5ème jour)

littérature, livre, poésie, poème lamartine, ode, mort, Et le voilà qui tombe à genoux, et se met à hurler :
Peuple ! des crimes de tes pères

Le Ciel punissant tes enfants,
De châtiments héréditaires
Accablera leurs descendants !*

N'ayant droit, pour toute réponse, qu'à un silence de mort, il insiste :

Lire la suite

jeudi, 14 mars 2013

J'veux du soleil dans mes étoiles ! (Lamartine - 4ème jour)

jéhova.jpg- Bonsoir Madame, je sais qu'il est un peu tard, vous préparez sans doute le souper..
- Bah oui, c'est à dire que là, on va pas tarder à passer à table mon mari et moi..
- Je ne vous dérangerai pas longtemps, rassurez-vous.. Loin de moi l'envie de vous gâcher la soirée d'
une nuit d'été ; nuit dont les vastes ailes
Font jaillir dans l'azur des milliers d'étincelles ;
Qui, ravivant le ciel comme un miroir terni,
Permet à l'oeil charmé d'en sonder l'infini ;
Nuit où le firmament, dépouillé de nuages,
De ce livre de feu rouvre toutes les pages !(*)

- Ah, mais j'le connais pas ce livre-là. Vous savez j'lis pas beaucoup, j'ai pas trop l'temps, avec la maison à tenir, tout ça... Pi l'soir j'm'endors sitôt couchée..

Lire la suite

mercredi, 13 mars 2013

Une âme s'échoue sur le trottoir, renversée par un souffle d'amour (Lamartine - 3ème jour)

201111024eb0c4d8d6034-0-496388.jpg- Mais que se passe-t-il Henri-Paul ? Qu'est-ce donc que tout ce tintamarre ? Je n'ai pas pu entendre la fin de mon émission..
- Ce n'est rien Marie-Bernadette, ce n'est rien, c'est juste un éboueur qui râle car j'ai oublié de mettre un sac dans la poubelle.
- Oh, Henri-Paul, mais où aviez-vous la tête, encore, mmmh ? Perdu dans vos grandes pensées philosophiques sans doute ?
- C'est sûrement ça Mariber', c'est sûrement ça..
- Bon, je vais farcir les cailles !

Il savait, que ce n'était pas juste un éboueur qui râle. Comme il savait que ce n'était pas juste un oubli de sac dans la poubelle.

Lire la suite

mardi, 12 mars 2013

Allez, viens, viens m'raconter les hôtels de la République... (Lamartine - 2ème jour)

le-camion-poubelle-vert.jpg- Non mais regarde-moi ça ! Ils nous prennent vraiment pour leur bonniche ! Ils pourraient faire un effort ! Qu'est-ce que ça coûte de mettre un sac poubelle dans une poubelle, hein ?
- Euh.. le prix du sac... ?
- Arrête Simon, c'est pas drôle.. ça m'fatigue tout ça, toute cette merde là sur le trottoir, regarde la barraque ! Plus c'est riche et plus c'est dégueulasse !...Ça s'arrange pas Simon, ça s'arrange pas... c'est pas faute d'avoir fait des révolutions.. mais on tourne en rond, c'est le cycle infernal, on calme le peuple un moment, on s'fait discret, et hop, ça repart pour un tour, on te remet la chaîne au pied ! Un regard, UN regard suffit maintenant pour te rappeler d'où tu viens !
- Allez, Alphonse, tu dramatises pas un peu là ?.. écoute, on sait qu'tu traverses une période difficile.. j'finis la tournée tout seul si tu veux, j'te dépose, tu t'reposes un peu...

 

Lire la suite

lundi, 11 mars 2013

Le chevalier des champs (presque) modernes est arrivé (Lamartine -1er jour)

farmer.jpg- Alors, qu'est-ce t'en penses ?
- Pas mal, pas mal..
- Quoi ? C'est tout ? Pas mal ? Tu l'as bien regardé ?
- Le grand blond aux yeux bleus, celui qu'habite en Poitou-Charentes  ?
- Bah oui !
- C'est bien c'que j'dis, l'est pas mal.. mais c'est pas mon type, tu l'sais..
- Ah oui, j'oubliais, Mâdââme a un type, Mâdââme a meilleur goût qu'tout l'monde !
- Rooo, j'ai jamais dit ça, j'te dis juste que c'est pas mon style c'est tout..
- Ouais, ouais, c'est ça.. Et c'est quoi ton « style » ?

Lire la suite