Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 février 2013

Le coup(chant) du soleil, ça marche toujours (Verlaine - 2ème jour)

Et ça, Paul, il l'a bien compris.
Tu prends une journée de printemps, un dimanche, à l'occasion, t'emmènes celle (ou celui hein, c'est comme on veut) que tu aimes (mais si, tu l'aimes, on le sait) à la campagne, ou le long du canal, ça peut le faire aussi, enfin, tu l'emmènes là où y a un peu d'verdure. Tu t'arrêtes, tu contemples l'horizon, le soleil qui descend se réfugier là-bas derrière, tu prends un air mélancolique (l'oeil perdu dans le vague, prêt à soupirer) et tu lui dis ça :

Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon coeur qui s'oublie
Aux soleils couchants.
Et d'étranges rêves
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
À des grands soleils
Couchants sur les grèves.

Si tu t'y prends bien, elle(/il) pourra même croire que c'est de toi.. Presque.. Sinon tu peux aussi le faire en slam, c'est comme tu veux.

lundi, 18 février 2013

Va t'faire slamer ! (Verlaine - 1er jour)

livre,littérature,poésie,verlaine,marineEst-ce que tu connais Verlaine ? Non ? Oh, allez, t'en a déjà entendu parler au moins une fois, non ?

Les sanglots longs des violons, etc.etc...

Mais si, tu sais, tu n'oses pas l'dire, ça fait ringard, d'aimer la poésie, « oh t'as vu l'aut', y kiffe la rime ! » « eh, ça y est, on a r'trouvé l'poète disparu ! » En classe t'étais l'premier à dire que ça n'servait à rien, qu'c'était du vent pour faire tourner les girouettes, d'la fanfreluche pour les greluches, allez avoue ! Rien d'autre que du baume au cœur des midinettes qui fondent à l'ombre des machos, de la buée collée au carreau pour cacher la valeur enlevée aux clodos.

J'te contredirai pas d'vant les autres, mais tu l'sais aussi bien que moi, Verlaine, c'est pas que d'la poésie comme ça, Verlaine c'est du vers qui tient chaud l'hiver, c'est du tricot dégoté de derrière les fagots, d'la laine de verre qui colle au placo, c'est vers l'Aisne, en Picardie, et ailleurs aussi, c'est ici, c'est là, c'est toi aussi. J't'assure.. Du made in France, du sur mesure.

Allez, cette semaine, j'te fais (re-)goûter !

Lire la suite