Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 octobre 2015

Solal Aronowicz : Holocauste

solalaronowicz.jpg

« Ce n’est, peut-être », en effet, « qu’une obscure parabole qui pourrait nous en dévoiler plus sur ce qui se trame vraiment, derrière cet immense paravent noir laqué […] »

Lire la suite

lundi, 23 mars 2015

En avant-première ! : La surface de réparation

la surface de réparation.jpg

Un entraîneur solitaire, un syndrome d'Asperger, une famille délétère.

Lire la suite

lundi, 09 mars 2015

La vie de jardin

la vie de jardin.jpg

 

"Elle se dit que les industriels perçoivent nos désirs avant que nous ne désirions. Leurs spécialistes explorent les régions sauvages de nos âmes et attrapent nos rêves pour lire dedans, en prennent de petits morceaux et les transforment en objets tellement adaptés à notre imagerie que nous finissons par y voir ce qui manque à notre bonheur. C'est peut-être ça, le capitalisme : plus que la dictature de l'argent, la dictature de l'inconscient collectif et des rêves communs."

 

Lire la suite

lundi, 26 janvier 2015

Pas de cochon pendu sous le marronnier

cochon pendu.jpg

Une histoire tendre au graphisme reposant, aux couleurs froides et chaleureuses en même temps, un phrasé comme un poème qui parle d'une école et d'un chien presque bohème.
C'est aussi une histoire drôle et dynamique, celle d'Oscar le canin comique. Un petit chien aussi espiègle qu'un enfant, qui attend la récré pour jouer au cochon pendu sous un marronnier.
Une histoire simple, aux pages aérées, qui laisse l'imaginaire travailler. C'est tellement plein de liberté que chacun peut s'y représenter.
Une histoire peut-être un peu chère. Sauf si elle en cache une autre.

jeudi, 15 janvier 2015

Longues peines

longues peines.jpg

Les gens qu'on nous amène ici, on pourrait directement les conduire à la bibliothèque, ce sont tous des romans. Et s'ils ne le sont pas encore, ils le deviendront ici.

 

Lire la suite

lundi, 03 novembre 2014

Journal d'une accoucheuse

journal d'une accoucheuse.jpg

 

« je serais la main qui fait se balancer le berceau, le sein qui nourrit les enfants et le vagin qui rend tout possible. Je ne serais rien du tout. »
« j'ai deux filles. Si je leur donne un garçon, peut-être feront-ils comme si j'existais. »

Mrinalini, bouquet de lotus, à l'origine Malini, jardinier, rêve d'être actrice, puis, devant les ovaires d'une grenouille disséquée flottant dans l'eau telles des ailes, devient gynécologue. Les femmes de Chennai, anciennement Madras, ont besoin d'ailes.

 

 

 

Lire la suite

lundi, 13 octobre 2014

Nous sommes tous à égale distance de l'amour

nous sommes tous.jpg

"Comme si, dans cette maison, l'idée de l'amour était insupportable"

De l'amour, encore de l'amour, ou de l'absence d'amour. Encore et toujours. Sujet banal, s'il en est, mille et une fois traité, exploité, jusqu'à la lie, jusqu'à l'obsession, jusqu'à la folie, jusqu'à l'abandon, femme raillée par son mari, frappée d'humiliation.

C'est un air de déjà vu qui s'éloigne progressivement des sentiers battus et nous emmène au plus près de ces solitudes mises à nu, nous montre petit à petit les cœurs scarifiés, le bonheur taxidermisé, impossible à réanimer.

Lire la suite

mardi, 07 octobre 2014

Thèse sur un homicide

littérature, livre, roman noir, paszkowski, thèse sur un homicide

 

« il va donc faire la démonstration à Bermudez que depuis toujours tout le monde se trompe tous les hommes comme lui se sont toujours trompés, car la loi est tout juste une vaine tentative d'organiser le désordre, les inutiles étincelles de la société, pour donner forme à un hasard inéluctable »

 

 

Lire la suite

mardi, 16 septembre 2014

Christelle corrigée

christelle corrigée.jpg

 

Comédie pathologico-pathétique d'une équipe de bras cassés au propre et momentanément défigurée, menée de loin par un chef d'orchestre hospitalier, où l'un manipule l'autre, entre deux séances de kiné. Où l'ingénue rit de sa plastique convoitée par le fétichiste - un quinqua pas gêné - avec beaucoup de correction.

 

Lire la suite

jeudi, 11 septembre 2014

La condition pavillonnaire

condition pavillonnaire.jpg

 

« D'une histoire commencée avant nous, et qui se continuera tant qu'on pourra tenir des cadastres et des conversations, édifier des murs, creuser au bulldozer, cultiver un potager, élever des enfants, tant qu'on pourra payer du géomètre, de l'ingénieur, de l'ouvrier ; tant qu'il sera possible de se réunir chez un notaire pour imprimer un acte de vente en quatre exemplaires dans un bureau climatisé.
D'une histoire qui se continuera après nous tant qu'il y aura du couple pour y résider, s'aimer, nettoyer, bricoler, recevoir, vivre en somme ; tant qu'ils seront assez fertiles pour se reproduire, engendrant une famille de plusieurs membres et dans cette famille toi, la femme, M.A. »

« Pour une fois qu'il arrivait quelque chose, que n'aurais-tu pas fait ? »

 

 

Lire la suite

mercredi, 27 août 2014

En vieillissant les hommes pleurent

seigle.jpg

"- Le passé, ça sert à quoi ?" (Gilles)


"Et puis il y avait ce mot de "Moderne", que tout le monde avait à la bouche, le diapason des temps nouveaux qui donnait des vertus presque magiques à chaque objet, comme ce poste de télévision, et les contraignant au pire des sacrifices : le renoncement à tout ce qui s'était passé avant."

Lire la suite

mardi, 29 juillet 2014

Pourquoi ça n'a pas marché entre nous - Avant que je me consume...

... mais ça, c'était avant..

 

Lire la suite

jeudi, 24 juillet 2014

Pourquoi ça n'a pas marché entre nous - origines

20140723_134253.jpgDepuis que j'achète des livres d'occasion, la maison est devenue un site réel de rencontres virtuelles, des piles d'attentes éparpillées, du salon à la chambre, en passant par le bureau.

 

 

Lire la suite

mardi, 22 juillet 2014

Pourquoi ça n'a pas marché entre nous - Nobody...

...'s perfect.

Lire la suite

mercredi, 16 juillet 2014

Déneiger le ciel

déneiger le ciel.jpg

 

"Cette nuit lui paraissait être une porte. S'il la franchissait, il serait libre d'aller et venir, n’importe où. Dans le présent, les souvenirs, partout, tant que ses jambes le soutiendraient."

 

"Était-ce le début ou la fin d'une histoire ? Difficile à dire. Les nuages s'occupaient du décor et le vent des mots."

 

 

 

Lire la suite