Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 juin 2014

Echo graphique

 

homme qui rit.jpg  comme un roman.jpg   musée du silence.jpg
L'écho de L'homme qui rit résonne Comme un roman dans Le musée du silence

samedi, 11 octobre 2008

Nuit

Le ciel d'étain au ciel de cuivre
Succède. La nuit fait un pas.
Les choses de l'ombre vont vivre.
Les arbres se parlent tout bas.

Le vent, soufflant des empyrées,
Fait frissonner dans l'onde, où luit
Le drap d'or des claires soirées,
Les sombres moires de la nuit.

Puis la nuit fait un pas encore.
Tout à l'heure, tout écoutait.
Maintenant nul bruit n'ose éclore ;
Tout s'enfuit, se cache et se tait.

Tout ce qui vit, existe ou pense,
Regarde avec anxiété
S'avancer ce sombre silence
Dans cette sombre immensité.

C'est l'heure où toute créature
Sent distinctement dans les cieux,
Dans la grande étendue obscure,
Le grand Être mystérieux !


Victor Hugo, extrait de Toute la lyre

vendredi, 11 juillet 2008

Ame, libellule

Les âmes, libellules de l'ombre...

 Victor Hugo.

dimanche, 21 octobre 2007

France ! à l'heure où tu te prosternes

France ! à l'heure où tu te prosternes,
Le pied d'un tyran sur ton front,
La voix sortira des cavernes
Les enchaînés tressailleront.

Le banni, debout sur la grève,
Contemplant l'étoile et le flot,
Comme ceux qu'on entend en rêve,
Parlera dans l'ombre tout haut ;

Et ses paroles qui menacent,
Ses paroles dont l'éclair luit,
Seront comme des mains qui passent
Tenant des glaives dans la nuit.

Elles feront frémir les marbres
Et les monts que brunit le soir,
Et les chevelures des arbres
Frissonneront sous le ciel noir ;

Elles seront l'airain qui sonne,
Le cri qui chasse les corbeaux,
Le souffle inconnu dont frissonne
Le brin d'herbe sur les tombeaux ;

Elles crieront : Honte aux infâmes,
Aux oppresseurs, aux meurtriers !
Elles appelleront les âmes
Comme on appelle des guerriers !

Sur les races qui se transforment,
Sombre orage, elles planeront ;
Et si ceux qui vivent s'endorment,
Ceux qui sont morts s'éveilleront.

Victor Hugo

vendredi, 16 février 2007

A une femme voilée

A celle qui est voilée

Tu me parles du fond d'un rêve
Comme une âme parle aux vivants.
Comme l'écume de la grève,
Ta robe flotte dans les vents.

Lire la suite

mercredi, 07 février 2007

Une nuit à Bruxelles

Une nuit à Bruxelles

Aux petits incidents il faut s'habituer.
Hier on est venu chez moi pour me tuer.
Mon tort dans ce pays c'est de croire aux asiles.
On ne sait quel ramas de pauvres imbéciles
S'est rué tout à coup la nuit sur ma maison.

Lire la suite

samedi, 03 février 2007

La suite des Misérables

medium_Miser54443.gifUne bataille juridique autour des Misérables


En France, la première chambre civile de la Cour de cassation a estimé mardi qu'on ne pouvait pas interdire une suite au roman Les Misérables de Victor Hugo. Le jugement précise toutefois que cette suite, contestée par les héritiers de l'écrivain, devait respecter le nom de l'auteur initial et l'intégrité de son œuvre, tombée dans le domaine public.
La chambre a cassé un arrêt de la cour d'appel de Paris du 31 mars 2004, qui avait donné raison aux héritiers de l'écrivain. Ils avaient déposé en 2001 une plainte contre François Ceresa, qui avait inventé une suite à l'œuvre phare de leur aïeul.
L'affaire a été renvoyée devant la cour d'appel de Paris, autrement composée, afin qu'elle examine les deux livres de François Ceresa, Cosette, ou le temps des illusions et Marius ou le fugitif, édités par Plon.

 

Source : lelibraire

mercredi, 06 décembre 2006

Les Djinns

medium_orientales_feuilles_d_automne.jpgAdmirez la construction de ce poème : 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2... Je parle du nombre de pieds des vers de chaque strophe bien sûr. La tension monte, à l'approche des djinns, jusqu'à la pleine puissance de leur présence, et puis diminue, alors qu'ils s'éloignent...

N'est-ce pas fantastique ?

Lire la suite