Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 septembre 2008

Plus de vie dans la vie

"Nous nous sommes quittés. Je l'ai regardée s'éloigner. Elle sanglotait ; sa frêle silhouette en était secouée. D'où vient que certains êtres, parfois morts, nous font mettre plus de vie dans la vie ? Nous donnent le goût d'exister sans mesure, en nous faisant souvenir que nous sommes nés pour tutoyer l'infini ?
D'où vient qu'après ces rencontres pleines de glissades rien ne sera plus comme avant ? "

Extrait du Zubial, d'Alexandre Jardin

jeudi, 16 août 2007

Le Roman des Jardin

193428f56044b2f7e4a1851c75313979.jpgAuteur: Alexandre Jardin

Si vous ne l'avez pas encore fait précipitez vous en librairie pour vous procurer ce livre!!

D'abord parce que le Roman des Jardin est paru en poche, le format est toujours pratique pour partir en voyage, et que celui-ci fait parti de la "sélection  prix des lecteurs 2007 " de la collection!

Oui mesdames et messieurs!

Il faut dire que vous ne quitterez pas des mains ce roman tant il est réussi. Vous serez transporté dans un univers complétement fou, celui de la famille Jardin. 

Alexandre Jardin nous fait rire avec les personnages haut en couleurs que furent les membres de sa famille et les amis de cette tribu. Artistes, rêveurs, écrivains, anarchistes, politiciens qui en font partie sont reçus en Suisse au sein de leur propriété : la "Mandragore".

Tout une faune d'anti-conformistes  vient chercher chez la famille Jardin un espace de liberté: pour ses liaisons extra-conjugales,  pour de l'argent à des partis politiques,  pour mener une expédition pour chercher le Yéti, toutes les folies imaginables...  La maîtresse de cérémonie de la maison, l'Arquebuse, la grand-mère d'Alexandre, femme romanesque, qui ne pense qu'à l'amour et aux livres  fait souffler sur la famille un vent de folie... 

Ce livre est aussi un livre analytique, Alexandre Jardin revient  à travers ce livre familial sur les bons moments qu'il  a vécus, enfant, au contact de ses originaux de parents et sur les traces qu'a laissé sur lui cette originalité des siens en tant qu'homme.

Il raconte son rapport avec  l'anti-conformisme de ses parents, une folie héréditaire  à qui il doit beaucoup il en est conscient (elle explique certainement sa vocation littéraire), mais aussi le risque qu'il a pris à l'âge adulte de concevoir sa vie de façon parfois trop conventionelle,  y compris dans son oeuvre littéraire... en réaction à son milieu.

Alexandre Jardin rend un  hommage drôle et touchant  à sa famille et aussi à sa nounou Zouzou considérée comme la plus originale de la tribu Jardin puiqu 'elle  était "normale".

Ce  roman drôle et et touchant est signé de la main d' Alexandre Jardin de la tribu des "double-rate"

Extrait : "Comment ne suis-je pas, moi aussi, devenu dingue ? D'ailleurs est-il bien certain que je ne le sois pas?
Car enfin... On ne couche pas impunément avec la voix de son amant défunt ou avec une guenon friande d'héroïne...
On ne peut pas décemment passer ses journées à perfectionner ses échecs...
Il n'est pas recommandable de laisser les enfants acheter des bonbons avec l'argent noir des partis politiques...
Les fils ont intérêt à ne pas culbuter leur ex-belle mère, fût-elle polyvalente (...).
(...) Mon papa n'aurait pas dû cravacher l'épouse de l'amant de sa propre maman, initié par elle à de sévères pratiques...
D'une manière générale, que les époux se fouettent entre eux, en famille... Sans avoir recours à des Mexicains au fond de notre jardin.
Et qu'on se le dise : les hommes de ma mère n'auraient jamais dû porter des montres identiques pour m'apprendre à lire l'heure.
L'addition de toutes ces folies mises bout à bout fut interminable à régler. A quarante ans, je finis tout juste d'en payer les surcoûts; même si les agios courent toujours."