Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 juin 2007

Pas sortie des mots...

Voilà. Il fallait que vous le sachiez. Je ne m'en sortirai jamais. Non. Et vous savez quoi ? Tant mieux !

Ces trois livres ont fait leur apparition dans mon champ de vision, et mobilisé mon intérêt. Encore. Damned. Je suis cernée.

6a587f3eb73206d963bbe708130485a5.jpgPrésentation de l'éditeur
" Raconter des histoires : ce devrait être la fonction première du roman. Cela longtemps l'a été, de Stendhal à Tolstoï, de Dickens à Melville, de Stevenson à Simenon. Aujourd'hui, en France du moins, les romanciers ne racontent plus : ils parlent d'eux-mêmes, ce qui est tout différent. Ils ont perdu l'art de se créer des doubles et de se projeter dans des identités de rechange. Ils expérimentent, ils ressassent, ils n'ont plus cette liberté, cette gaieté de se transformer en d'autres qu'eux-mêmes. L'Art de raconter est tout le contraire d'un traité sur le roman c'est une défense et illustration, à travers de nombreux exemples français et étrangers, du roman comme plaisir, comme jubilation, comme machine à rêver et à entraîner le lecteur dans les émois et les délices de l'aventure ." D.F

da2fbee41d19de2b275d971b4ed339fd.jpgPrésentation de l'éditeur
Le succès d'Harry Potter aura eu raison de ces enquêtes pessimistes sur le rapport à la lecture de nos enfants, soi-disant plus fascinés par l'image omniprésente que par les mots. Quand ils aiment les livres, nos enfants les dévorent. Et, contrairement à la surprise qui accompagne à chaque fois ces succès de librairie, ce phénomène n'a rien de nouveau.
D'où vient une telle séduction ? Comment ces livres touchent-ils nos enfants au point de déclencher en eux une véritable passion, celle de la lecture ? Sophie de Mijolla-Mellor a choisi des œuvres aussi éloignées par leur forme que par leur époque. De la Comtesse de Ségur à Harry Potter en passant par la série " Chair de poule ", elle se propose, non pas d'expliquer la réussite commerciale de ces ouvrages, mais de cerner, à travers eux, ce qui permet aux enfants de découvrir un goût de lire qui ne les quittera plus. C'est l'aventure de ces enfants qui commencent tout juste à lire seuls qu'elle nous fait partager, les fantasmes et les croyances, les angoisses et les désirs que la lecture active en eux, l'ouverture et la liberté qu'elle leur offre. Il s'agit en somme de comprendre comment naît le plaisir de lire.

 

e5a47d69a8061e38eee29ebaa484b5b4.gif

Mot de l'éditeur

Comme le dosage des saveurs en cuisine, la ponctuation est un art délicat, pas toujours bien maîtrisé. Chacun l'utilise sans vraiment y réfléchir, un peu comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Cet ouvrage s'adresse à ceux qui souhaitent améliorer leur expression écrite, mais aussi à tous les esprits curieux, amoureux des mots et de la littérature. Il propose une approche décomplexée de cette " petite science ", si essentielle à la compréhension d'un texte. Un livre savant et ludique à la fois, où les signes de ponctuation deviennent autant de personnages dont nous sont contés les pérégrinations et les usages. Une promenade singulière qui ravira tous les amateurs de style.

Voilà. Y a plus qu'à me souhaiter bon courage. Merci/

lundi, 05 mars 2007

Lire dans l'espace

Une bibliothèque dans l'espace?


medium_Touri54594.jpgLe milliardaire américain d'origine hongroise, Charles Simonyi, s'entraîne depuis novembre en Russie à la Cité des Étoiles près de Moscou et sera le cinquième touriste de l'espace en avril.
Il rêve d'une bibliohèque dans l'espace, mais en attendant, se contentera d'emmener dans ses bagages le Faust de de Goethe et le roman de science-fiction, Révolte sur la Lune de Robert Heinlein.
Révolte sur la Lune «décrit un avenir particulier où l'humanité quitte la Terre et il traite plus de l'aspect politique de la situation que des technologies concernées, c'est très divertissant», a déclaré M. Simonyi pour expliquer son choix.
«Faust fait partie de notre héritage littéraire, il appartient à l'humanité tout entière et aborde les relations de l'homme avec l'univers et avec les sciences. Y a t-il un meilleur endroit pour lire sur ces sujets (que l'espace)?», a lancé l'ancien créateur de logiciels de Microsoft.

Source: AFP

capté sur lelibraire

dimanche, 04 mars 2007

Salles de lecture contre casinos

medium_Mosco54672.jpgDes centres de lecture à la place des casinos de Moscou
« À Moscou, quelque 2000 casinos ont ouvert leurs portes et nous sommes en train de les fermer. À la place des ces salles de jeux, ouvrons des centres de lecture », a proposé M. Loujkov, le maire de Moscou, au cours d'une réunion du conseil municipal.
Quinze ans après l'éclatement de l'URSS, qui se présentait comme le pays des plus gros lecteurs de livres au monde, près de 40% des Moscovites ne lisent pas de livres et 50% n'en achètent pas, selon Vladimir Zamourouïev, un responsable de la mairie.
On compte une librairie pour 60 000 habitants en Russie contre une librairie pour 10 000 habitants, par exemple, en Allemagne, selon Knijny Biznes, un magazine sur l'édition russe.

Source: AFP Moscou

lundi, 04 décembre 2006

Magie du livre

medium_warhol-hermann-hesse.jpgEh bien eh bien... Pas moyen de trouver la couverture du livre dont je vous donne un extrait aujourd'hui : Magie du livre, de Hermann Hesse. Faut dire aussi, sa parution n'est pas des plus récentes, 1994. Oui oui, je lisais déjà. Et avec cet ouvrage, j'ai eu encore plus de tendresse pour ces petits être de papier, de carton, de reliure, et d'encre bien sûr.

Hesse va même jusqu'à nous donner des conseils sur la façon de classer nos livres dans une bibliothèque, d'en prendre soin, de faire le tri et de donner ce qu'on ne regrettera pas de ne plus trouver sous ses doigts.

Un amoureux qui se raconte....

Lire la suite

mercredi, 08 novembre 2006

Nous avons brûlé une sainte

medium_nous_avons_brule_une_sainte.jpgJe ne sais si c'est à cause de la saison, lumière diffuse, tamisée, couleurs en demi-teintes, le corps qui se replie, face au vent froid, ce même vent qui fait courber les peupliers, qui fait bruisser les feuilles gelées et bousculées. Je ne sais si c'est à cause de la musique, "A perfect circle", sombre, sauvage et douce à la fois. Je ne sais si c'est le bercement du train, filant le long des paysages frileux, sans plus de vert mais pas encore de blanc. Je ne sais si c'est dû au présent qui s'infiltre, à mon présent, chien galeux, enragé et aveugle, qui aboie sans plus trop savoir pourquoi, qui a faim, mais ne sait plus de quoi. Je ne sais pas non plus si c'est dû à ce coeur qui s'émeut pour un louveteau tremblant de solitude.

Lire la suite

lundi, 23 octobre 2006

L'écho du psy américain

medium_american_psycho.jpg

Il y a un certain temps, j'ai entendu parler de cet auteur hors du commun, sans pitié, à l'écriture féroce, terriblement réaliste et sans pitié aucune pour les âmes sensibles. Forcément, je me suis dit que tôt ou tard, il me faudrait le lire, pour me faire une opinion.

Lire la suite