Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 février 2008

Auto-piratage

Coelho, l'auto-pirate
LEXPRESS Livres 20/02/2008


"Depuis 2005, Paulo Coelho paye dix de ses fans, choisis dans plusieurs pays, pour scanner ses livres publiés dans différentes langues et les mettre gratuitement à la disposition de tous sur des sites Internet. L'objectif? Inciter l'internaute intéressé par la lecture des fichiers téléchargés à acheter le livre. Selon l'écrivain, cette méthode a boosté ses ventes en librairie et est la meilleure façon de promouvoir ses romans qui, ces sept dernières années, ont fait l'objet de plus de 20 millions de téléchargements, payants ou non. Son exemple commence à être suivi par d'autres auteurs. Quant aux éditeurs, propriétaires des droits de traduction, ils n'ont pas encore réagi..."

Ces "scanneurs" ont-il acheté le livre ? :)

mardi, 26 décembre 2006

Après la musique, le livre se fait pirater

medium_an154360.jpgLu dans le bimestriel janvier-février 2007 du libraire :

 

 

 

 

L'INDUSTRIE DU LIVRE CONTRE-ATTAQUE SUR LA TOILE

medium_pirates.jpg"Les pirates virtuels pourraient s'attaquer aux maisons d'édition après les maisons de disques, selon la présidente de la Fédération internationale des maisons d'édition (IPA), l'Argentine Ana-maria Canabellas. Du même souffle, elle a déclaré que la Toile pourrait être également la panacée de l'édition. De fait, l'industrie du livre a répliqué au projet controversé de bibliothèque mondiale en ligne de Google. Elle a créé un programme, baptisé ACAP (protocole d'accès automatisé au contenu), qui précise les droits de reproduction de chaque oeuvre accessible sur Internet, et particulièrement le prix demandé par la maison d'édition. Le projet pilote doit durer un an."

Mais comment c'est qu'on pirate donc une maison d'édition ?