Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 janvier 2015

Lasse, Irène, des corps d'Alep sans vie..

délivrez-nous.jpg  tentation de disparaître.jpg   rilke.gif

Délivrez-nous du corps...
Laissez-nous céder à La tentation de disparaître comme un Chant éloigné.

mercredi, 09 avril 2014

Eux dans l'eau

capitale de la douleur.jpg  lacrimosa.jpg  rituel.jpg

Dans la Capitale de la douleur, Lacrimosa, pleurer est un Rituel

lundi, 07 avril 2014

Les derniers planteurs de fumée

derniers planteurs de fumée.jpg
« Il était une fois dans sa chambre d'hôtel un homme à sa fenêtre qui attendait la mer.
Il avait entendu son rire un soir d'enfance au fond du jardin, derrière le rideau de peuplier qui balançait le vent, et il n'avait plus cessé depuis de penser à elle et de la chercher partout, car elle avait disparu sans prévenir, un beau matin. 
»

Lire la suite

jeudi, 23 mai 2013

"That's singing in my brain"..(Jean Moréas - 2ème jour)

littérature, livre, poésie, poème, jean moréas, me voici seul enfin« Me voici seul enfin, tel que je devais l'être :
Les jours sont révolus. »

Simon regardait sa misérable vie danser dans la fumée du premier café, le cœur étrangement léger.. Un couteau dégoulinait de rouge, sur la table..

« Ces dévouements couverts que tu faisais paraître
Ne me surprendront plus . » :

« Tu ne ressembles à aucun autre... tu as quelque chose de particulier.. j'ai jamais connu quelqu'un comme toi..

Lire la suite

mardi, 21 mai 2013

Les nouveaux "for-fées aïe-Faunes" ( Jean Moréas - 1er jour)

littérature, livre, poésie, poème, jean moréas, Depuis une quinzaine d'années, un garde-forestier faisait visiter la forêt durant l'été aux gens d'ici, de là-bas, aux touristes, aux scolaires aux demandeurs d'emploi. Il ne s'était jamais lassé car il aimait sa forêt comme on aime une femme, il connaissait le moindre de ses recoins, la plupart de ses secrets, de jour, de nuit, il l'écoutait, pendant des heures, la comprenait, la respectait.
Et, un soir, alors qu'il faisait une balade découverte avec un groupe de vacanciers venus chercher la fraîcheur et titiller le mystère, il fit s'arrêter le groupe, demanda à chacun d'éteindre téléphones tablettes lampes torches et frontales, et se mit à raconter cette histoire :

Lire la suite

vendredi, 17 mai 2013

Toute une vie pour des milliers d'autres ou "comment rompre sur un air des Négresses Vertes" ( P.-J. Toulet - 5ème jour)

D'une fenêtre, quelque part au-dessus, une télé chantait :


- ... Comme t'es jolie.. j'n'en reviens pas.. t'es belle comme.. comme euh.. je sais ! T'es tellement belle qu'il n'existe rien à quoi te comparer. Tout c'qu'il y a de plus beau dans le monde rêve de pouvoir se comparer à toi,

Toi qui fais rêver, ô brune
Si pâle, de clair de lune ;
Des heures blanches et lentes
Où les colombes lamentent ;

Lire la suite

jeudi, 16 mai 2013

L'apocalypse racontée à Marie-Bernadette (P.-J. Toulet - 4ème jour)

dragon.jpgDieu dit encore : « Que les eaux grouillent d'une foule d'êtres vivants, et que les oiseaux s'envolent dans le ciel au-dessus de la terre ! » Dieu créa les grands monstres marins et toutes les espèces d'animaux qui se faufilent et grouillent dans l'eau, de même que toutes les espèces d'oiseaux. Et il constata que c'était une bonne chose. (Gn 1,20-21)

Sauf que, ce jour-là, Marie-Bernadette eut de bonnes raisons d'en douter :

Lire la suite

mercredi, 15 mai 2013

Tu danses avec les étoiles que j'ai dans les yeux (P.-J. Toulet - 3ème jour)

littérature,livre,poésie,poème,toulet,dans le lit vaste et dévasté,toute allégresse a son défaut «  - Ta peau a le goût salé de l'écume et les parfums de la jungle, corps de liane auquel je m'accroche de toute mon âme.
Tu es mon safari de jour comme de nuit ma lionne mon antilope, tu varies les désirs autant de fois que le soleil s'enfuit... 

Lire la suite

mardi, 14 mai 2013

- Quand il me délace j'en perds ma "corde au cou" (P.-J. Toulet - 2ème jour)

littérature,livre,poésie,poème toulet,non ce taxi quelle charrette" - … un rustre un lourdaud un bœuf ses pas font résonner toute la maison magnitude 5 sur l'échelle alors je la prends cette échelle et je prends un taxi je lève le pouce, stop arrêtez-vous à la prochaine rue que je change d'habits que je mette cette pauvre vie entre parenthèse dans un sac plastique...

Lire la suite

lundi, 13 mai 2013

Dans le bain avant même de se jeter à l'eau ( Paul-Jean Toulet - 1er jour)

Main-bouee-de-sauvetage_xx-large.jpg- Aimez-vous le passé
Et rêver d'histoires
Évocatoires
Aux contours effacés ?

Les vieilles chambres
Veuves de pas
Qui sentent tout bas
L'iris et l'ambre ;

La pâleur des portraits,
Les reliques usées
Que des morts ont baisées,
Chère, je voudrais

Qu'elles vous soient chères,
Et vous parlent un peu
D'un coeur poussiéreux
Et plein de mystère.*

ainsi vous sauriez ce par quoi j'ai commencé ma vie. Ce que je croyais être la vie.
Garçon, remettez la même chose pour madame.

Lire la suite

samedi, 27 avril 2013

"C'est les éclairs de génie qu'y d'vraient mettre en Wi-Fi" ( Jules Laforgue - la der des der)

littérature, livre, poésie, poème, jules laforgue, certes ce siècle est grand- Ecoutez ! Ecoutez ! Il va faire son discours !
Toutes les conversations s'arrêtèrent net, les regards (même les plus embués) se tournèrent vers le petit écran du bistrot :

"Certes, ce siècle est grand ! quand on songe à la bête
De l'âge du silex, cela confond parfois

Lire la suite

jeudi, 25 avril 2013

Engrais anonymes pour jardins privés ou municipaux (Jules Laforgue - prolongations pour cause de négligence)

littérature,livre,poésie,poème,jules laforgue,grande complainte de la ville de parisPROSE BLANCHE – tous les jeudis de 13h à 14h sur les ondes

Bonne gens qui m'écoutes, c'est Paris, Charenton compris, Maison fondée en..., à louer. Médailles à toutes les expositions et des mentions. Bail immortel. Chantiers en gros et en détail de bonheurs sur mesure. Fournisseurs brevetés d'un tas de majestés, Maison recommandée. Prévient la chute des cheveux. En loteries! Envoie en province. Pas de morte-saison. Abonnements. Dépôt, sans garantie de l'humanité, des ennuis les plus comme il faut et d'occasion. Facilités de paiement, mais de l'argent. De l'argent, bonne gens!

 

 - Facilités de paiement.. Ben voyons.. « pensez au dossier de surendettement », qu'ils devraient dire, plutôt... c'qu'on peut nous pousser à la consommation tout de même..

Lire la suite

mercredi, 24 avril 2013

Le temps s’effiloche en lambeaux, inlassablement (Jules Laforgue - séjour prolongé)

 

littérature, livre, poésie, poème, les amoureux, jules laforgueLe printemps l’éveille, s’épanouit en elle le soleil s’infiltre, la chaleur l’égare un peu.
L’été s’annonce entre ses mains, les ombres rapetissent, se rangent dans un coin.
Le sang a repris son cheminement, les paupières murmurent le retour à la lumière. La mort s’éloigne, encore une fois.

 

Lire la suite

mardi, 23 avril 2013

La terre est ronde comme un pot-au-feu (Jules Laforgue - supplément de rattrapage)

littérature, livre, poésie, poème, théâtre,laforgue, le concile féériqueMonsieur Laforgue,

N'allez pas penser que je vous snobe, que je vous ai relégué au second plan, que je vous ai largué pour un autre jules, un quelconque joueur d'orgue débutant.

N'imaginez pas non plus que votre poésie m'ennuie, que votre prose se nécrose, que votre spleen, votre langueur et votre jeune mort m'ont répugné, qu'un autre poète rigoureusement optimiste m'aura séduite sous des airs proprets et des vers arithmétiques.

J'aime vos douces complaintes, votre teint de lune, votre cœur de Pierrot qui prête sa plume à la nuit. Je vous imagine accoudé au balcon de votre appartement, observer un jeune homme courir, cherche-t-il quelque chose ?

Lire la suite

samedi, 20 avril 2013

jeune femme étrangère au jour écrit des chansons cousue de nuits blanches ( Jules Laforgue - 4ème jour, à la bourre)

littérature, livre, poésie, poème, jules laforgue, notre petite compagneLorsque le soleil parvient à glisser un rayon dans la rue aussi haute qu'étroite, celle-ci se met à frémir comme une fourmilière assiégée, les étals des camelots scintillent, les terrasses palpitent un café pour la douze ! Alors, comment... ? Bonjour M'dame Rochin !
Portes à clochettes, sonnettes et klaxons improvisent un joyeux carillon.
Au-dessus les intérieurs se dévoilent, ...

Lire la suite