Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 juin 2008

Les bourdes de Millenium

Retour sur un succès

Les bourdes de «Millénium»

Par Jacques Drillon «Millénium» est un excellent roman policier. Tout le monde a lu «Millénium»; donc je l'ai lu. Les trois volumes. J'ai adoré. Mais vers la fin du premier, la moutarde m'est montée au nez, et à partir de la page 370 à peu près, j'ai mis des croix au crayon dans la marge, à chaque fois que les traducteurs se plantaient.
Millenium_1.jpg

Que diriez-vous d'un livre où l'on lirait: «Camilla avait été pleine de réussite à l'école» (vol. II, page 104) ou «Il reçoit des soins compétents» (II,168)? «Je suis désolée de la tournure que ça a prise» (III,53) ou «Il se frotta les yeux pour enlever le sommeil» (I,383)? D'un digne inspecteur demandant à un prévenu: «Pouvez-vous décrire cette personne que vous dites l'avoir agressée» (II,284)? Que diriez-vous d'une femme qui écrirait: «Je ne suis pas sûre que j'aie envie de le faire» au lieu d'avoir envie (III,458), «Elle haïssait qu'il la touche» (II,11), au lieu de détestait? Qui écrirait «Il ne lui rebattait pas les oreilles», comme cela, c'est tout, point final, sans dire de quoi (I,497)? Que faites-vous dans la vie? Je lui rebats les oreilles.

la suite ici

lundi, 02 juin 2008

Les maîtres du polar

 Ce mois-ci dans le magazine Lire : Les secrets des maîtres du polar

Georges Simenon (1903-1989)
Ecrire «gris», limiter son vocabulaire pour «ne prendre que les mots qui ont la même résonance dans chaque esprit», les détracteurs de Simenon le lui ont longtemps reproché. Or ce minimalisme veut correspondre aux histoires qu'il raconte. Le rythme est souvent caractéristique pour exprimer l'action des personnages. Il affectionne le monologue intérieur et les interrogations indirectes. «Je suis un instinctif, dit-il à Bernard Pivot en 1981 lors de l'émission Apostrophes, je ne suis pas du tout un intellectuel. Je n'ai jamais pensé un roman, j'ai senti un roman. Je n'ai jamais pensé un personnage, j'ai senti un personnage. Je n'ai jamais inventé une situation. La situation est venue lorsque j'écrivais un roman mais je ne savais pas du tout où mon personnage allait me mener.» En écrivant ses premiers Maigret, Georges Simenon explique qu'il le fait pour apprendre le métier d'écrivain et que le choix du roman policier lui paraît plus facile, plus technique. Il instaure dès le début ses rituels d'écriture: rumination, rassemblement des informations, rédaction. Il tape directement à la machine, évite de trop se relire, travaille dans une sorte de transe, en quelques jours pour ne pas perdre le fil de son histoire. La dernière étape est celle de l'ultime relecture où l'auteur se contente le plus souvent d'alléger encore son style, retirant des adjectifs, des adverbes. Ce qui l'intéresse, c'est le criminel beaucoup plus que le crime. Maigret au début n'est qu'une silhouette qui va peu à peu se préciser, manifestant sa sympathie pour les petites gens, Paris et ses quartiers populaires. Au départ, Simenon choisit de se pencher sur un homme sans aspérité en état de crise. Les décors restent un peu les mêmes, une France réinventée mais qu'il connaît bien, des impressions de lieux plus que des descriptions précises. Son éducation dans un milieu petit-bourgeois et sa formation de journaliste lui serviront pour imaginer Maigret mais également tous ses personnages qui se doivent d'être «ordinaires». Maigret antihéros, c'est la marque de Simenon, un homme simple, banal mais excellent enquêteur grâce à son don d'imprégnation, son envie de comprendre les raisons d'un crime. «Je tiens Simenon pour un grand romancier, le plus grand peut-être et le plus vraiment romancier que nous ayons eu en littérature française aujourd'hui.» Qui dit cela? André Gide, en 1939. C.F.

mardi, 29 mai 2007

Suzanne et les ringards

(Oui, j'avoue, je suis en retard pour ce conte rendu.. Mais j'avoue aussi que je déménage.. j'avoue enfin que je bosse..)

c15ab41d1dee665d0ea86aea7acaa254.jpgUn rejeté de la société, un ex-taulard, (trois ans pour avoir fracassé des activistes d'extrême-droite) à la gueule d'Elephant Man devient garde du corps/vigile/conducteur de poids lourds. Il écoute le chant désespéré des baleines dans sa cabine la nuit.
Une star de ciné a eu un accident de voiture, dans lequel elle a perdu l'amour de sa vie. Elle en profite pour goûter un anonymat précieux et fait une fugue professionnelle. Elle s'est kidnappée. Elle veut comprendre. Echapper au monde du business, monde de ringards.

Lire la suite

mercredi, 18 avril 2007

Et le copyright alors ?

Capté dans le magazine Marianne n°509 :

A COUTEAUX TIRÉS.

« Mon mari ? Des sushis »

L’art ancestral de la coutellerie japonaise vient de faire une nouvelle victime. Une femme de 32 ans qui en avait assez que son mari al tabasse avait décidé de se venger. Une nuit de la semaine dernière, elle lui fracasse donc le crâne durant son sommeil, à l’aide d’une bouteille de vin. Or, après son geste fatal, elle se rendit compte que l’on ne se débarrasse pas si facilement d’un corps. Que faire ? Bien plus lourd qu’elle le mari était intransportable… à mois de le réduire en pièces détachées. Le cadavre fut donc découpé façon sushis et éparpillé façon puzzle aux quatre coins de Tokyo. Bien vite les enquêteurs se doutèrent de l’identité de la dépeceuse qui, du reste, ne chercha pas à nier. 

 

medium_out.jpgEt là, j'ai immédiatement pensé au polar Out dont j'ai fait le "conte rendu" il y a quelques mois... La seule différence avec ce fait divers, c'est le fameux geste fatal : dans le polar, la femme battue étranglait son mari avec une ceinture... Alors... Y a-t-il non respect du copyright ?

dimanche, 01 avril 2007

Fleuve noir - site à découvrir !

Fan de SF-Fantasy, de Thrillers policiers, de ciné et même de console, je vous en supplie, alelz voir ce site, au moins une fois !

L'actu de chaque genre, les dernières parutions, le top des lecteurs, et surtout, surtout, tous les premiers chapitres des lires en format pdf ! n'est-ce pas grandiose ?

C'est parti pour le grand frisson !

Lire la suite

lundi, 26 mars 2007

Les hommes qui n'aimaient pas les femmes


podcast
C'est à lire, tous les samedis matins sur RTl à 8h13

18:28 Publié dans à écouter | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, polar, RTL | | | |  Facebook

dimanche, 28 janvier 2007

L'usine à lapins

medium_l_usine_a_lapins.2.jpgBon, ok, je le continue, en fait, il est pas mal, et Domino, un ex-taulard devenu boucher personnel et dealeur d'herbe est bien, bien déjanté... Surtout lorsqu'il abat un flic de peur que celui-ci ne se rende compte de la dope cachée dans de la viande congelée.. Y a juste Arthur et ses problèmes de libido qui ralentit un peu l'histoire.. Mais bon, je suis sûre que ça doit être relié avec autre chose.. J'ai déjà des soupçons d'ailleurs, concernant sa femme, 20 ans plus jeune, qui l'a épousé pour son fric..

samedi, 27 janvier 2007

L'usine à lapins

medium_l_usine_a_lapins.jpgPfffff, c'est long hein... Je suis d'accord avec vous, elle n'en finit pas cette lecture... Alors :

J'arrête ou je continue ?

Pour que j'arrête, tapez 1... pour que je continue, ne me tapez pas ! :-)

 

16:05 Publié dans LaVieDuBlog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, roman, polar | | | |  Facebook

lundi, 22 janvier 2007

Lire les trois premières pages

Sur le site de l'Express, vous pouvez vous régaler d'avance, ou pas, chacun ses goûts... moi suis plutôt sacré-salé, alors ça m'laisse pas mal de choix. Oui, sinon, je vous disais que sur le site de l'Express, dans la rubrique consacrée aux livres, vous pouviez vous faire une idée sur une sélection de romans, polars, documents, essais. En plus, y a des critiques..

Merci qui ?

mercredi, 17 janvier 2007

Les livres que j'ai empruntés - 3

medium_rouge-gorge.jpgCelui-là, je l'ai pris parce que j'ai lu L'étoile du diable, et j'avais beaucoup aimé.. Et puis ausi parce que j'aime la couverture :-)

Présentation de l'éditeur
1941. Dans la Norvège occupée, des jeunes gens s'engagent pour combattre sur le front de l'Est dans les rangs de la Waffen-S.S. Parmi eux, un groupe soudé - Hallgrim Dale, Sindre Fauke, Gudbrand Johansen, Edvard Mosken - sous la houlette de Daniel Gudeson, une tête brûlée qui provoque l'admiration et se fait appeler Urias. Jusqu'au jour où Daniel se fait tuer. Chaque membre de la division va alors suivre sa propre route. Notamment Gudbrand qui prend à son tour le nom d'Urias, et tombe amoureux d'Helena dans un hôpital militaire viennois. Quel lien ave Harry Hole, l'inspecteur des " Cafards " et de 'L'homme chauve-souris " ? Après une nouvelle bévue, Harry est muté au Service de Surveillance de la Police et chargé d'enquêter sur le milieu néo-nazi, soupçonné de préparer un attentat à l'occasion de la fête nationale, imminente. Tandis qu'il se documente sur le passé nazi de la Norvège et prend conscience de l'amertume de ces anciens engagés volontaires jugés à la Libération comme traîtres à la patrie, il rencontre Rakel, la fille de Sindre Fauke. Aura-t-il le temps de dénouer les fils du passé avant le jour de la fête nationale ?

lundi, 15 janvier 2007

La reine d'Amérique

medium_reine_d_amerique.jpgQuand elle débarque, cette jeune fille rousse, vierge de tout soupçon, on lui donnerait le bon Dieu sans confession.. C'est sans compter sur le contenu de son baluchon, une baïonnette pour soi-disant se protéger des mauvais garçons.

Ig, Ignacio, est un bon garçon, au fond, même s'il rêve de cambrioler une banque, et même s'il pose des micros chez ses voisins d'en face pour écouter leur réalité. Et puis il a pas une vie facile, avec son père dépressif, enfermé dans sa chambre jour et nuit, en proie à ses fantômes. A priori, Ig n'a donc pas à craindre un coup de baïonnette de la part de Betsy, puisqu'il l'a aidée à trouver un toit où crécher, chez Sandra Jean, sa secrète bien-aimée..

 

Lire la suite

18:25 Publié dans contes rendus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, littérature, polar | | | |  Facebook

dimanche, 07 janvier 2007

Tout dans le coffre

medium_tout_dans_le_coffre.gif

Lire la suite

lundi, 01 janvier 2007

Noir comme polar

Actus polar, livres, DVD, BD, dossiers, histoire du genre, feuilletons... miam-miam !
medium_hautHome2004.jpg
Un extrait :

Lire la suite

dimanche, 31 décembre 2006

De sang-froid

medium_de_sang-froid.2.jpgCertes, vous n'allez pas y croire...  certes, vous n'allez pas en revenir... certes certes... Mais voilà... j'ai réussi... oui. j'ai ENFIN fini le récit d'un fait divers sanglant, d'un tête-à-tête avec deux criminels, un tête-à-tête mortel.. pendus aux évènements comme eux au gibet..

Lire la suite

vendredi, 22 décembre 2006

Alibis

medium_alibis_21_400.jpgVous l'aurez remarqué, j'aime beaucoup les polars, et depuis peu je m'interroge sur et m'intéresse à la littérature canadienne. Alors forcément, le polar canadien, ça m'intrigue encore plus.

En faisant cliqueter les petites touches de mon clavier, j'ai trouvé un site, enfin une revue à la base, Alibis.

Lire la suite