Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 mars 2013

Rhapsodie d'un bohémien de dix-sept ans un samedi après-midi (Rimbaud - 6ème jour)

littérature,livre,poésie,poème,rimbaud,à la musique,sensation,roman,ma bohème l'étoile a pleuré rose- Ahhh, mais maman arrête de crier, steuplé, j'suis pas sourd...

- Je ne crie pas, j'te f'rais dire, et ne prends pas ce ton avec moi hein ! T'as vu l'heure ! On est au beau milieu de l'après-midi, papy et mamie sont repartis sans même t'avoir vu.. super l'esprit d'famille !

- Ohhh maman, dé-so-léééé, mais voilà, on est partis en soirée, on a pas vu l'temps passer,
« J'ai embrassé l'aube d'été
[...]
Au réveil il était midi
 »

- Midi ! Mais il est bientôt 16h là ! Te moque pas d'moi !

- Ohh, mais c'est bon, quoi, t'as jamais été jeune ?
« On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans,
[...]Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête... 
»

Lire la suite

vendredi, 01 mars 2013

A l'école de l'Ô, Rimbaud était écolo (Rimbaud - 5ème jour)

littérature,poésie,poème,rimbaud,soleil et chair,écologieIl y a différentes façons de parler d'écologie :

- La « révélation » : - Moi, vous savez, j'étais du genre à aller au plus beau, au bien calibré, au brillant, bien coloré. Une feuille de salade un peu abîmée et mon regard se détournait ! Si si ! Et jamais j'regardais l'pays d'origine, y a qu'le prix qui m'intéressait ! Faut dire, avec nos porte-monnaie, on est à la virgule près ! Et puis j'ai vu c'reportage à la télé... tous ces malheureux qui meurent de faim, quand on voit c'qu'on jette...y aurait qu'à produire moins, ça s'rait aussi bien non ? Mais c'est fini tout ça, croyez-moi : dès demain, j'achèt'rai moins, mais j'achèt'rai bien !

- Le constat « doux-amer » : - il faut bien l'dire, on veut pouvoir manger de tout tout le temps et au meilleur prix, sans savoir d'où ça vient, ni c'qu'il y a dedans ! Faut pas s'étonner, après, de tous les dérèglements ! A force de créer de nouvelles variétés, plus résistantes, plus présentables, c'est nous qu'allons finir modifiés !

La manière « ultra-féministe» : C'est ça que vous voulez laisser à vos enfants ? Une terre violée, aux entrailles sans cesse déchirées, ensemencée de force ?

Le « devoir de mémoire » : Savez-vous que les pesticides ne sont autre que des dérivés des armes chimiques mises au point pendant la première et la seconde guerre mondiale ?

Et puis il y a ceux qui savent, et nous racontent :

Lire la suite

jeudi, 28 février 2013

Rimbaud, le roi de la petite annonce ? (Rimbaud - 4ème jour)

coffre.jpg- Voilà, chéri, j'ai rédigé l'annonce pour le buffet, tu peux m'dire c'que t'en penses ? :
« Vends
buffet en chêne massif. Ferrures vieillies, avec effet rouillé Très bon état. »
- Ou comment faire du vieux avec du neuf
...
- Connaissant ton esprit très critique, j'en ai rédigé d'autres :
« Suite décès, temps limité pour vider appartement. Il y a notamment: Un grand buffet rustique + table à rallonge + 6 chaises »

- N'oublie pas de joindre le faire-part !
- Tsss, très drôle.. et celle-ci :
"buffet en 2 parties en bon état style ancien !!le meuble du bas 1m30L sur 52cm profond et 97cm de haut!! le meuble du haut 1m20 de haut et 38 cm profond et 1m25"
- Le meuble du parfait petit mathématicien super enthousiaste !!
- Ah oui, pardon, la prochaine fois je le ferai dépressif. Quatrième proposition :
"beau vaisselier en bois massif...peut être séparé haut et bas....1 grand tiroir.....2 portes et étagère dans buffet...peut aller dans tout type d intérieur (peut être peint,  éventuellement...)... vaisselle non comprise...."

- Tu sais le style télégraphique... ça s'fait plus trop hein... moi j'dis ça... j'dis rien...
- Toi, ne rien dire ?... Bon, cinquième et dernière proposition :
"buffet haut et bas ancien"
- Pour du concis, c'est du concis. Tu vends du rêve là, ma chérie..
mais pas le buffet !
- Ah monsieur veut du rêve, eh bien monsieur va le raconter lui-même son rêve ! Tout ça pour un buffet !
- Ah non ! C'n'est pas n'importe quel buffet ! C'est notre buffet ! Regarde :

Lire la suite

mercredi, 27 février 2013

Rimbaud voyageait dans un wagon rose (Rimbaud - 3ème jour)

littérature,poésie,rimbaud,livre,gare,rêvé pour l'hiver- Ah mais c'est un scandale !
- Quoi, 45mn de retard ! Mais...
- Vous avez de la chance vous, au moins vous avez une information !
- C'est la loi des séries ! Depuis 6h30 j'suis dans les transports, debout, collée à une vitre ou à un pervers...
- Vous allez voir ils vont rien rembourser, comme d'habitude ! Ah tiens, un contrôleur.. Monsieur ! Monsieur !..
- Mamannnnn ! J'ai faimmmmm !
- … c'est toi qui devais les prendre les billets !
- Non, pour aller à Bruxelles vous n'avez pas besoin de passer par...
- .. mais quand j'ai pris mon billet le départ était en zone bleue !
- Mamannnnnnnnnnnnn ! J'ai soiiiiiiiiiiiiiif !
….

Lire la suite

mardi, 26 février 2013

- Alleluia Marie-Bernadette ! D'ici là, prenons donc une liqueur ! (Rimbaud - 2ème jour)

rimbaud.jpg- Ah, regardez donc, Marie-Bernardette, encore un peuple en guerre, à feu et à sang..
- Que voulez-vous, Henri-Paul, le peuple n'est jamais content !
- Je suis d'accord avec vous, Marie-Bernadette, mais enfin, les pauvres enfants..
- Oui, je sais, Henri-Paul, c'est affligeant, c'est affligeant..
- Tous ces orphelins, qui n'y sont pour rien, victimes des idéaux de leurs parents...
- Au nom de quoi se battent-ils, présentement ?
- De la liberté, Marie-Bernadette ! N'est-ce pas déroutant de quérir la paix en s'écartant du Paradis ?
- Evidemment, très cher, évidemment ! Avons-nous pris une quelconque vie pour atteindre aujourd'hui ?
- Que non, ma chère, nul besoin de prendre les armes pour donner du charme à ses jours !
- Comme vous parlez bien Henri-Paul, votre âme de poète m'a toujours ébahie
- Vous me flattez Marie-Bernadette, vous me flattez ! Qu'y puis-je, vous m'inspirez alentour !
- Arrêtez, Henri-Paul, je vais rougir.. c'est péché !
- Allons, Marie-Bernadette, allons, il est bien loin d'être capital ! Ah ah ah !
- Oh Henri-Paul ! Hi hi hi ! Si l'abbé nous entendait...
- Il rirait aussi, Marie-Bernadette, il rirait aussi ! Ah ah ah ah !
- Rooo, ce n'est pas bien Henri-Paul, ce n'est pas bien..
- Soit ! Nous irons demain au presbytère nous confesser, et surtout prier pour ces païens !
- Oh oui, Henri-Paul ! Purifions nos âmes, élevons nos cœurs !
- Alleluia Marie-Bernadette ! D'ici là, prenons donc une liqueur !

Heureusement pour Marie-Bernadette et Henri-Paul ils n'entendirent pas la suite du journal télévisé :

Lire la suite

lundi, 25 février 2013

On nous trait comme des vaches à lait non pasteurisé ! (Rimbaud - 1er jour)

littérature,livre,poésie,rimbaud,les effarés,bio"- Vous vous rendez compte ! On nous dit pas tout, on nous ment on nous spolie, on nous trait, comme des vaches à lait, jusqu'au dernier centilitre ! On n'sait plus c'qu'on peut manger ! Pas plus tard que la semaine dernière, j'achète un camembert, bah v'là ti pas, vous m'croyez ou pas, qu'il était pu bon d'deux jours, ni une ni deux dans la poubelle sans les p'tits tours !

- Un scandale, comme vous dites ! T'nez moi c'était avec des légumes. Not' nouveau voisin y cultive un p'tit jardin, bio et tout l'tintouin là. Et y vient toquer à not' porte, avec sa cagette remplie d'tomates et d'salades pleines de terre. Mon Jean, ni trois ni quatre y lui balance : c'est bin bio tout ça, mais sans chimie y a du mildiou ! Si vous voyez c'que j'veux dire.. (l'est instruit mon Jean, pi l'est drôle aussi). Vous auriez vu la tête du voisin, l'est r'parti la cagette entre les mains, tout penaud, avec son bio. Il a raison mon Jean, on a pas envie d'attraper des maladies en mangeant des radis !

- Z'avez eu raison, c'est des coups à finir chez l'docteur ça, ou pire, et à s'gaver d'antibiotiques, ou d'génériques.. Vous avez entendu cette histoire, du... "

Et, toutes à leurs malheurs, elles passèrent devant, sans les voir,

 

Lire la suite

Ardent défenseur d'une Reine persécutée

littérature, livre, poésie, char, rimbaud"Les poètes se révèlent pour la plupart au début ou à la fin d'une ère. C'est par des chants que les peuples quittent le ciel de leur enfance pour entrer dans la vie active, dans le règne de la civilisation. C'est par des chants qu'ils retournent à la vie primitive. L'art est la transition de la nature à la civilisation, et de la civilisation à la nature"

Hölderlin.

Recueil préfacé par René Char.

mardi, 06 mars 2007

Sensation

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme.

lundi, 05 mars 2007

Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud!

Tes dix-huit ans réfractaires à l'amitié, à la malveillance, à la sottise des poètes de Paris ainsi qu'au ronronnement d'abeille stérile de ta famille ardennaise un peu folle, tu as bien fait de les éparpiller aux vents du large, de les jeter sous le couteau de leur précoce guillotine. Tu as eu raison d'abandonner le boulevard des paresseux, les estaminets des pisse-lyres, pour l'enfer des bêtes, pour le commerce des rusés et le bonjour des simples.


Lire la suite